Carnets de voyages, Nature, Publireportage

Hornopirén : un secret entre volcans et forêt d’alerces millénaires

Paradisiaque et encore méconnue, la nature préservée du Parc national Hornopirén marque les coeurs et les esprits de ceux qui le visitent. S’introduire dans les forêts d’alerces, se sentir minuscule, atteindre les hauteurs du volcan Yates puis observer l’immense paysage patagonique et le vol des condors. L’exploration du Parc national Hornopirén est ce qui se rapproche le plus d’une expérience spirituelle dans la nature. Dans cet article, on vous raconte tout ce que vous devez savoir pour le visiter.

 

COMMENT ALLER À HORNOPIRÉN

Arriver au Parc national Hornopirén n’est pas une mince affaire mais c’est également une magnifique traversée. Depuis Puerto Montt, il faut emprunter la Carretera Austral en direction du sud, rouler 45 kilomètre en longeant le Parc national Alerce Andino pour arriver à  la crique de Caleta La Arena. De là, il faut il faut prendre un ferry pour traverser l’estuaire de Reloncaví. Pour ce faire, il n’est pas nécessaire de réserver à l’avance puisque l’embarquement se fait par ordre d’arrivée et le paiement s’effectue directement dans le bateau. Il y a des départs toutes les 45 minutes entre 7h15 et 20h45. Tarifs applicables (en pesos chiliens) : 600 CLP par passager, 2 700 CLP par vélo et 9 500 CLP pour les voitures/camionnettes.

À ne surtout pas manquer : à Caleta La Arena, on trouve de délicieuses empanadas de poissons et de fruits de mer qui permettent de rendre l’attente plus agréable (j’ai personnellement goûté une empanada de crabe qui fut l’une des meilleures que je n’ai jamais mangé !)

Caleta La Arena. Photo de @yingyeah9

Après environ 45 minutes de navigation sur les eaux de Patagonie, on arrive à la crique « Caleta Puelche ». De là, il faut prendre un bus ou continuer à conduire jusqu’à la petite localité de Hornopirén, soit environ 54 kilomètres qui se font en un peu plus d’une heure. Au total, le trajet de Puerto Montt à Hornopirén dure entre 3 et 4 heures.

Le petit village est plein de charme et accueille ses visiteurs avec une nature luxuriante en toile de fond. Une fois passé Hornopirén, vous devez continuer sur la Carretera Austral jusqu’à Chaquihua Alto, le dernier point accessible en voiture, où se trouve un abri de la Conaf (Corporation Nationale Forestière Chilienne). À partir de là, vous devez réaliser une marche d’environ 7 kilomètres sur des terrains privés jusqu’à l’entrée du Parc qui est indiqué par un grand panneau.

PARC NATIONAL HORNOPIRÉN

Photo de @andes_sur_expediciones

Le Parc national Hornopirén existe depuis 1988 et couvre une surface de 48 mille hectares. Bien que son entrée soit gratuite, il n’est pas beaucoup visité et c’est d’ailleurs pour cela que vous vous retrouverez face à une nature sauvage qui n’a pratiquement pas subit d’intervention humaine. Le sentier principal du Parc est celui qui se dirige vers le Lac Pinto Concha. Même s’il n’y a que 9 kilomètre pour arriver au lac, le chemin grimpe constamment et le dénivelé est considérable, c’est pour cette raison qu’il peut vous prendre facilement entre 6 et 7 heures si vous y allez chargé. Gardez à l’esprit que ce sont seulement à la moitié et à la fin du sentier que des points d’eau sont accessibles.

En chemin, vous trouverez des panneaux qui motivent le voyageur à continuer malgré la fatigue. Photo de @hopp_los.

Le climat du Parc national Hornopirén se caractérise par une grande humidité car il n’y a ni saison sèche, ni longue période sans pluie. C’est d’ailleurs pour cela que vous devez toujours envisager la possibilité qu’il puisse pleuvoir durant votre visite au parc.

Les averses peuvent transformer des sentiers agréables en véritables bains de boue qui, même s’ils rendent plus difficile la traversé, font ressentir d’autant plus fort la force de la nature. Pour des raisons de sécurité, le Parc est normalement fermé au public entre juillet et novembre.

LAGO PINTO CONCHA

Photo de @nicobda

Les heures intenses de montée sont récompensées par l’arrivée au magnifique Lac Pinto Concha. C’est ici que se trouvent les terrains de camping dans lesquels vous pourrez rester quelques jours afin de profiter de la paix et de l’immensité de l’environnement. Le niveau du lac a malheureusement baissé depuis quelques années et certains décident donc de camper sur les rives plutôt que dans les zones autorisées. Depuis le lac, vous aurez la possibilité de commencer deux sentiers. Le premier est un contournement du plan d’eau qui, selon la CONAF, dure environ 3 heures et la deuxième option est de commencer le trekking vers le volcan Yates.

ASCENSION DU VOLCAN YATES

Photo depuis un point de vue du volcan Yates de @daaguayo.

Dans ce même terrain de camping se trouve une signalétique qui indique le début du sentier vers l’imposant volcan Yates (2 187 mètres). Il n’y a pas d’archives historiques concernant une quelconque éruption et c’est d’ailleurs pourquoi son ascension est considérée comme très sûre. Vous parcourez 3,6 km de pente douce à travers forêts d’alerces et de lengas pour arriver à un point de vue sur le flanc sud du volcan en environ 2 heures.

De là, la vue est impressionnante et offre une vision panoramique qui enveloppe le lac Pinto Concha et la cordillère des Andes tout autour. Avec les condors volant au-dessus de vous, vous vous rendrez rapidement compte que tout votre voyage en valait la peine. Arriver à cette altitude du volcan est totalement réalisable sans aucun équipement spécifique durant l’été austral. Il faut juste en avoir envie !

ÉLARGISSEMENT DU PARC NATIONAL HORNOPIRÉN

Photo de openpatagonia.cl

Le 15 mars 2017, l’ancienne Présidente du Chili, Michelle Bachelet, a signé un accord bilatéral entre le gouvernement chilien et la Fondation Tompkins pour la création d’un nouveau réseau de Parcs nationaux en Patagonie. Ce décret présidentiel prévoit notamment :

  1. La création de trois nouveaux Parcs Nationaux : Pumalín, Melimoyu y Patagonia.
  2. L’élargissement de trois Parcs Nationaux déjà existants : Hornopirén, Corcovado et Isla Magdalena.
  3. L’élargissement, la reclassification et le changement de nom de la Réserve forestière Alacalufes pour le Parc national Kawésqar.
  4. La reclassification de Parc national, la Réserve forestière Cerro Castillo.

Le don d’un million d’hectare de la part de la fondation Tompkins, qui viennent s’ajouter aux 3 millions d’hectares déjà détenus par le gouvernement chilien, constitue la plus grande donation de terres privées de l’histoire à des fins de conservation. Une véritable fierté pour ceux qui oeuvrent à protéger et à préserver les trésors que nous offre la nature.

Vue aérienne du village d’Hornopirén

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *