Malheureusement, le site internet de L’Autre Chili a mis à jour des fonctionnalités qui ne peuvent pas s’exécuter sur cette version d’Internet Explorer. Nous vous conseillons de mettre à jour votre navigateur afin de profiter au maximum de votre expérience sur le web.

L'Autre Chili

:

INFORMATION SUR LES PAYS CHILI

Quelles précautions sanitaires faut-il prendre pour un voyage en Amérique du Sud ?

Les désagréments suivants sont ceux qui peuvent apparaître le plus souvent pendant le voyage:


Quels sont les vaccins recommandés ?

En tant que voyagiste, pour des raisons juridiques nous ne pouvons malheureusement pas vous donner de recommandations spécifiques pour la vaccination. Nous vous conseillons de consulter votre médecin avant le voyage et lui indiquer quelles sont les zones visitées. Vous pourrez par exemple trouver une énumération précise des recommandations sur les vaccinations à faire sur le site de l'Institut Pasteur de Lille.

Néanmoins, veuillez consulter votre conseiller voyage car il se peut qu'un vaccin soit obligatoire pour un circuit donné.


Que dit le Ministère des Affaires étrangères à propos de la situation au Chili ?

Vous trouverez des informations sur la sécurité au Chili en cliquant sur le lien suivant : > Ministère des Affaires étrangères


Quel est le climat au Chili ?

Aride au nord, le climat est très varié, le Chili s'étendant sur 4000 kms du nord au sud. Méditerranéen à Santiago, au centre du pays, il devient de plus en plus humide et froid à mesure que l'on descend vers le sud.

Passé Conception et le rio Bio-Bio, qui constitue une frontière climatique, les pluies sont très abondantes (2500 mm de précipitation annuelle), sans saison sèche marquée, et le pays se couvre d'une forêt tempérée, très verdoyante et très dense, où l'arbre national, l’araucaria peut atteindre 65 mètres de haut.

Peu à peu la limite des glaces et des neiges éternelles s'abaisse jusqu'à descendre, en raison du froid et de l'humidité, à 700 mètres en terre de feu.

À noter que le Chili est soumis à une double influence adoucissante : au nord, le courant froid de Humboldt, qui tempère la chaleur tropicale, au sud, les vents d'ouest, qui amènent de l'eau tiède sur les côtes froides.

L'été, qui dure de décembre à mars, est la meilleure période pour visiter le Chili, tout au moins dans sa partie sud. Les autres régions du pays peuvent être visitées au printemps, c'est à dire de septembre à novembre ou à l'automne, de février à avril.


Quel est le décalage horaire entre la France et le Chili ?

Durant les mois d’hiver, la France est en avance de quatre heures sur le Chili. Durant les mois d’été, ce décalage horaire s’élève à six heures.

Encore une fois pour bien s’en rappeler : en France, les horloges sont avancées d'une heure le dernier dimanche de mars (passage à l’heure d’été) et sont reculées d'une heure le dernier dimanche d’octobre (passage à l’heure d’hiver). Cependant, au Chili comme en Europe centrale, les horloges sont toujours changées deux semaines plus tôt, de sorte que le décalage horaire en mars et en octobre soit de cinq heures.

Ainsi, quand il est 12h00 (midi) chez nous, il est par conséquent 08h00 du matin au Chili durant l’hiver et 06h00 du matin durant l’été français.


Ai-je besoin d'un adaptateur pour mon voyage au Chili ?

Bien que la tension électrique au Chili soit de 220 volts, comme c'est le cas dans en Europe, les fiches de contact européennes ne rentrent que rarement dans les prises chiliennes. Des adaptateurs peuvent être si besoin achetés sur place pour environ 1 euro.


Quels sont les moyens de paiement au Chili et quel est le taux de change ?

La monnaie locale est le peso chilien. Retrouvez les taux de change actualisés sur > www.oanda.com. Vous pouvez soit échanger des Euro ou des Dollars sur place, soit retirer avec votre carte au distributeur. De nombreux distributeurs automatiques de billets sont disponibles à travers les villes du pays. Les cartes Visa et Mastercard sont les plus répandues et offrent donc une alternative à l'argent liquide. Presque toutes les banques prélèvent des frais d’un montant équivalent à environ 6 euros par retrait, un maximum de l’équivalent d’entre 120-200 euros peut être retiré quotidiennement.


Quelques conseils concernant les repas en Amérique du Sud !

Pour les repas il convient d’être prudent sans être parano :

Toutefois il est important de manger beaucoup de vitamines p. ex. bananes, ananas, granadillas, mangues, oranges, mandarines et papayes (ces dernières sont particulièrement bonnes contre les problèmes d'estomac).


Est-il possible de manger végétarien ?

Beaucoup de plats sont à base de poisson ou de viande. Cependant, vous pourrez trouver des légumes et des fruits frais toute l'année. Les sud-américains ne sont pas habitués à manger végétarien mais vous devriez tout de même trouver votre bonheur ! Au moment de votre réservation, vous pouvez nous préciser votre régime alimentaire. Celui-ci sera pris en compte pour tous vos repas inclus dans le séjour.


Puis-je téléphoner au Chili avec un portable vers la France?

Au Chili, les téléphones portables français fonctionnent à condition qu’ils soient équipés d’un dispositif tri-band et que l’opérateur ait un contrat avec l’opérateur national GSM. Dans certaines régions, le réseau est cependant très mauvais. Il y a dans chaque grande agglomération des cabines téléphoniques à partir desquels on peut facilement téléphoner vers l’étranger. Il existe aussi des cartes téléphoniques spéciales.


Aurais-je facilement accès à Internet pendant mon voyage ?

Il y a dans les villes les plus importantes et durant tout le voyage un accès relativement facile à internet (les hôtels proposent la plupart du temps le wifi gratuitement). Vous pourrez également trouver des Cafés Internet dans la majorité des villes, ils sont très répandus en Amérique du Sud. Il est ainsi facile de prendre contact avec la famille et les amis restés chez eux. Toutefois, les connections peuvent être lentes et il arrive aussi durant le circuit qu’il n’y ait aucun accès pendant trois jours ou plus.


Dois-je donner des pourboires ?

Veuillez ne pas vous sentir obligé de donner un pourboire. Cela reste une contribution volontaire qui doit refléter la satisfaction à l'égard du service fourni. Cependant, il faut garder à l'esprit qu'en Amérique du Sud, les pourboires représentent souvent un revenu supplémentaire pour de nombreuses personnes. Si vous voulez donner un pourboire, vous pouvez bien sûr le faire. Nous nous efforçons de notre côté pour que toutes les personnes avec lesquelles nous travaillons en collaboration sur un itinéraire aient la garantie d’une rémunération de base, mais nous devons aussi naturellement observer les coutumes locales. Puisque c’est un thème sensible sur lequel nous sommes souvent consultés, toutes les valeurs suivantes ne données qu’à titre indicatif et ne doivent pas être considérées comme contraignantes. Pour le guide-accompagnateur environ 50 euros peuvent convenir, pour un guide local ainsi que pour les chauffeurs de bus environ 2 euros par jour. C'est à vous de décider si vous donnez le pourboire en euros ou en monnaie locale. Le personnel de l’hôtel (porteurs de bagages, service de chambre) et les porteurs de bagages des gares routières se réjouissent également d'un petit pourboire (d’environ 1 EUR). Dans les restaurants, un pourboire d'environ 10% du montant de l’addition est d’usage, sauf si la «propina» apparaît déjà sur la facture et a été incluse dans le montant final.


Quel le est la littérature de voyage recommandée par L’Autre Chili pour mon voyage au Chili ?

Comme guide de voyage, nous vous recommandons le Lonely Planet ou le Guide du Routard, ainsi que les livres de la collection « Bibliothèque du voyageur » de chez Gallimard. Nous profitons ici de mentionner des livres traitant du Chili ou des romans d’auteurs chiliens : « L'aventure de Miguel Littin, clandestin au Chili » de Gabriel García Márquez, « Une ardente patience » et « Le Ballet de la victoire » d’Antonio Skármeta, « La mujer de mi vida » par Carla Guelfenbein , « Nunca enamores a un forastero » de Ramón Díaz Eterovic (aussi disponible en français), « Mon pays réinventé » et « D'amour et d'ombre » de Isabel Allende, « Patagonia Express » de Luis Sepulveda et la biographie de Pablo Neruda.